Noe et le Deluge

0:00:02.290,0:00:09.290

Noé et le déluge
(Troisième année - 8 et 9 ans)
Traduction libre d'un texte de Laurence Rosenthal (1987) par Marie-Luc Simoneau.

NOAH & THE FLOOD    (A Musical play for children)
(Text:  Eugene Schwartz)
written by Eugene Schwartz with music by Lawrence Rosenthal. 



Dieu le Père*
Uriel*
Gabriel*
Raphaël*
Michaël*
Le Chœur des anges
L'âme de Noé
Shem
Ham
Japheth
Le chœur des enfants du village
Noé*
La femme de Shem
La femme de Ham
La femme de Japheth
La femme de Noé*
Le chœur des animaux (rôles muets)
Les deux porteurs d'arc-en-ciel

*Rôles pouvant être joués par un adulte dans le cadre d'une production communautaire.



Noé et le déluge

PROLOGUE AU CIEL

(Dieu sur son trône. Autour de lui les archanges, URIEL, GABRIEL, RAPHAËL ET MICHAËL 
se déplacent en décrivant un cercle. Derrière eux se tient le CHŒUR DES ANGES qui chante un 
hymne lui rendant gloire.)

DIEU : (en levant la main)
Uriel, ton regard sans cesse
Depuis la nuit des temps vers la Terre s'abaisse
Dis-moi que sont devenus ces hommes que j'ai créés
Sur la terre où ils sont installés?

(Après la réponse de chaque archange, il fait un quart de tour.)

URIEL :   Tous, le malheur ils partagent
Et le fardeau du péché sans relâche
Jugés selon leur nature, amers les hommes  
Tombés loin du pommier, comme d'aigres pommes

DIEU : Et Gabriel, mon ange, ne vois-tu là rien de valeur?

GABRIEL : Ce n'est pas d'amour qu'ils naissent
Et dès leur premier souffle, la Terre ils haïssent
Parents et tuteurs ne nourissent
Leur âme et bientôt ils vieillissent

DIEU : Raphaël, que te révèles l'œil de ton âme?

RAPHAËL : Si durs sont leurs sentiments
Que j'ai peu d'espoir pour un quelconque médicament
La faible Terre avec eux
Dépérit à vue d'yeux

DIEU : Et Michaël, mon ange guerrier, viens
Que te dévoiles l'esprit humain?

MICHAËL : L'esprit de l'homme fait tout ce qu'il peut
Pour soigner son corps et rendre ses jours plus nombreux
Il s'affaire à se créer des envies, de nouveaux besoins 
Son âme est esclave de tous ses biens

DIEU : Ô mes conseillers célestes, mes quatre archanges
Vos paroles me crèvent le cœur, je pense
L'humain, le joyau de la Création
Va périr dans un déluge de sombre dévastation.

(Le chœur des anges retient son souffle.)

DIEU : Ce que nous avons donné nous reprenons
Que l'ange de la mort règne sur les derniers jours des moribonds!   

URIEL, GABRIEL, RAPHAËL, LE CHŒUR :  Pour ceci comme pour tout, ensemble nous 
parlons
Sur la Terre comme au Ciel, ta volonté nous ferons

DIEU : Michaël, pourquoi t'éloignes-tu à cette heure?
Ne peux-tu à cette fin te résoudre de tout cœur?

MICHAËL : Hélas, devons-nous tout détruire de cette Création
À cause des péchés des dernières générations?
D'un seul homme pieux pourrait descendre une race
Qui le mal sur la Terre et les vices de ses frères efface!
(Songeusement) Ici, au royaume des cieux, une âme pure
Est prête à reprendre humaine nature
Une qui a déjà vécu, déjà âme rendue --

DIEU : Mais si une telle âme au Ciel est arrivée
Pourquoi une existence de malheur voudrait-elle recommencer?

(L'âme de Noé s'avance du chœur des anges.)

ÂME  DE NOÉ : Mon Dieu, si un tel sacrifice
Pouvait sauver la race des hommes
Je quitterais le Paradis et ses bénéfices
Pour vivre parmi eux, comme une bête de somme

 RAPHAËL : Ta voix au Paradis résonne
Tu les sauveras par ta naissance si bonne!

GABRIEL : Avant de prendre telle décision
De la vie qui t'attend tu dois avoir une vision
Car chaque existence comporte son poids de chagrin
Et au Ciel tu pourrais vouloir demeurer entouré des saints


(Gabriel prend l'âme de Noé par la main et étend l'autre bras)

GABRIEL : Ô Obscurité, ô Lumière, une tapisserie tissez
Qui racontera son humaine destinée

URIEL : Vois, ô âme pure, ce qui t'attend
En trembles-tu? En es-tu terrifié complètement?
As-tu le courage d'affronter une telle vie
De tant de difficultés et de dangers remplie? 

L'ÂME DE NOÉ : Méchant est le monde des hommes, je sais
Je le vois devant moi comme en rêve
Mais si sans fléchir dans la vie je reste vrai
De par moi la bonté jaillira sans trêve.
Je veux renaître là-bas dans cette ère
Pour m'unir aux hommes et à la Terre

DIEU : Alors va, mon enfant, tu répondras au nom de Noé
Et n'oublies pas que du Saint-Ciel on t'a dépêché!

(Le chœur des anges répète des louanges)

MICHAËL, URIEL, GABRIEL, RAPHAËL : Écoute nos voix, tu les entendras, c'est promis
Craquer comme le tonnerre, clapoter comme la pluie.

(L'âme de Noé descend, dans un roulement de tonnerre, dans l'obscurité interrompue d'éclairs.)

LE TRAVAIL

(Les trois fils de Noé : Shem, Ham et Japheth, travaillent à l'arche. Une ribambelle d'enfants du 
village, en haillons, s'approche. Plusieurs d'entre eux ont un bâton ou un caillou dans la main.)

ENFANTS : Shem, range ta gouge
Et viens jouer, nous on bouge!
Dois-tu travailler du matin au soir
À cette arche pour ton père? Quelle histoire!

SHEM (tout en travaillant) : Cette lourde besogne, cette longue tâche, 
Je la fais au nom de Dieu, sans relâche!

ENFANTS : Quel Dieu cruel est le tien
Nos dieux nous laissent courir sans frein! (Ils courent en riant.)

Ham, dépose ta scie
Et pour nos jeux de guerre, viens par ici
À tout un chacun des cailloux nous lançons
Plus nous touchons, plus nous rions!  

HAM : Je travaille bien, je travaille avec amour
Car je fais l'œuvre de Dieu dans sa tour!

ENFANTS : Ton Dieu t'oblige à peiner toute la nuit
Nos dieux nous laissent nous battre à grands cris! (Ils se chamaillent en criant.)

Mais Japhet, dépose ton marteau
Et cours avec nous dans le hameau
Les malades et les vieux nous agacerons
Et tout ce que nous voulons, nous volerons (Rires)

JAPHET : Aider mon père c'est important
Rentrez chez vous et faites-en autant!

ENFANTS : Nos parents ne veulent pas nous voir, c'est réciproque
Alors venez, fils de Noé, entrez dans nos jeux loufoques
(Rires) Avez-vous peur qu'il se mette à pleuvoir?

SHEM, HAM, JAPHETH : Allez tous, qui vénérez des dieux d'argile
Vous semblez braves, le jour c'est facile
Mais attendez que Dieu ordonne des crépuscules sombres et pluvieux
Vous vous précipiterez chez vous, bande de peureux!

ENFANTS : (se moquant) Pluie, pluie ne vient pas
Les bébés de Noé ne jouent pas
Ils s'échinent jour et nuit
(Les enfants lèvent des bâtons)
Jusqu'à ce qu'avec des bâtons on les punit!

(Noé apparaît devant l'Arche. Le chœur s'enfuit.)
ENFANTS : Au secours! Ne le laissez pas nous attraper! (Ils disparaissent.)

JAPHETH (à Noé) : Pardonne-nous, Père, ces paroles énoncées si fièrement
Mais les autres se moquent de Dieu et rient de nous si bruyamment.

HAM : Notre amour, ils rejettent, et la haine
Ils embrassent, leur destin est à craindre, quelle peine.

SHEM : Sans cœur ils ont grandi, grands péchés
De petites graines, sans amour semées

NOÉ : Mes fils, vous parlez sagement, quelle affaire
En oubliant le Paradis, les hommes ont fait de la Terre un enfer.
Mes bons ouvriers, dites-moi la vérité
Avez-vous exécuté les tâches que je vous avais confiées?

JAPHETH : Oui, Père Noé, tout et plus encore
J'ai scellé la cale de mon bord
J'ai rempli chaque craque si bien
Que tout un troupeau pourrait y coucher sans mouiller, rien

HAM : Mon travail sur le deuxième entrepont est presque terminé
Ses murs de bois de rose sont parfumés
Comme des soldats alignés, les poutres et les solives en bande
Sont prêtes à accueillir les bêtes auxquelles je commande.

SHEM : Sur le premier entrepont, tout le jour j'ai travaillé
Au-dessus du toit les aigles ont joué
Deux fenêtres dans les murs j'ai taillé 
Pour que le déluge on voit tomber.

NOÉ : Mes fils, les consignes de Dieu vous avez bien respectées
Et pas trop tôt, car l'heure est arrivée
Dites à vos femmes que sur l'Arche vos biens doivent embarquer
Avant la nuit, vous trois serez très occupés
De monts et vallées deux par deux vous me rapporterez
Bêtes qui volent, bêtes qui marchent
Qu'elles soient vites ou lentes, petites ou géantes
Bêtes à poil, bêtes à plumes
Qu'elles mugissent, sifflent ou rugissent
Deux par deux, toutes les bêtes vous me rapporterez!

SHEM : J'explorerai les cimes des arbres et les montagnes imposantes
Aucun oiseau n'échappera à ma vue perçante
Je fouillerai les forêts les plus impénétrables
Pour ne laisser derrière nous aucune bête formidable!

JAPHETH : Le bétail est lent, mais les chevaux sont ardents
Les ânes sont têtus, et les moutons de blanc vêtus!

NOÉ : Vites comme l'éclair, mes fils partez
Car bientôt l'Arche pleine va flotter!

(Shem, Ham et Japheth partent dans diverses directions. Noé se tient devant l'autel, les yeux clos, 
les bras levés en signe de prière.)

(Uriel, sous forme humaine; Michaël, sous forme d'aigle; Raphaël, sous forme de lion et Gabriel, 
sous forme de taureau, se rassemblent autour de Noé.)

URIEL : Ô Noé, tu te poses encore la question
Pourquoi les enfants de Dieu mourront?
De Dieu, l'ultime Créateur
Nous portons les conseils à cette heure.

MICHAËL : Ô Noé, seuls les corps périssent
Les âmes de joie frémissent
L'esprit de l'homme survit, que Dieu nous bénisse!

RAPHAËL : L'esprit réformé et renouvelé
Les troubles de l'âme qui sont révélés
Longtemps l'esprit devra les réparer
Même ceux qui n'ont pris garde à ce jour
Sur la Terre pourront effectuer un retour.
Ils te rendront grâce, Noé, comme à un sage
Et oublieront comme ils t'ont moqué, en leur âge!

URIEL, GABRIEL, MICHAËL, RAPHAËL : Noé, l'heure est venue de sauver le meilleur
Et de laisser le reste dans la douleur.

(Les archanges quittent la scène.)

Le déluge

(La femme de Noé, celle de Shem, celle de Ham et celle de Japheth s'approchent de l'Arche, 
emportant des articles ménagers.)

LA FEMME DE SHEM : Où peuvent-ils bien être passés?

LA FEMME DE HAM : J'ai bien peur que quelque chose soit arrivé.

LA FEMME DE JAPHETH : Mais dès que le travail sera terminé
Ils arriveront, j'en mettrais ma tête à couper!

LA FEMME DE SHEM : Pendant que nous nous fatiguons
Et de nos faibles forces cette tâche partageons
Ils courent dans la forêt, sans hésitation

LA FEMME DE HAM : Ils reviendront les pieds couverts de boue et de crottin
Ah, quel ingrat destin!

LA FEMME DE JAPHETH : Sachez bien que quand le déluge est fini
Et qu'on en fait le récit
Vous n'entendrez parler que des hommes
Et de leurs actes de bravoure qu'on nomme.

LA FEMME DE SHEM : Mais sur leurs épouses, pas un mot
Sauf qu'elles ont eu par hasard la vie sauve

TOUTES LES FEMMES : La besogne d'une femme n'est jamais terminée
Du matin au soir, toute la journée
Par beau temps ou dans la pluie
Un homme se contente de parler, mais une femme agit!

LA FEMME DE NOÉ : Taisez-vous, vous piaillez comme des coqs
Et vérifiez nos stocks
Car bientôt il n'y aura plus de magasins sur notre route
Pour regarnir la soute
Avons-nous chaudrons et pichets d'huile?
Avons-nous les céréales que nos mains ont vannées?
Avons-nous des figues et des dattes séchées, mûres et sucrées?
Avons-nous des noix, des fruits et des olives? Avons-nous du poisson et de la viande salés?
Avons-nous les bienfaits que nous offrent le Soleil et la Terre?
Avons-nous les grains à sauver pour Dieu le Père?

LA FEMME DE HAM :  Tout est  là, bien ordonné
Que de précautions pour une odyssée
Vers nulle part et personne en particulier

LA FEMME DE JAPHETH : Personne devant qui se pavaner

LA FEMME DE SHEM : Personne à rencontrer

LA FEMME DE HAM : Personner avec qui bavarder devant une bonne tasse de thé

LA FEMME DE JAPHETH : Personne avec qui échanger de l'huile ou des grains

LA FEMME DE SHEM : Personne avec qui négocier, pour une perte ou un gain

LA FEMME DE HAM : Personne de qui se plaindre, personne à qui se plaindre

TOUTES : Personne, sans soleil, le néant!  
 (Elles pleurent.)

 LA FEMME DE NOÉ : Cessez vos pleurs,
Car dans ce néant, nous trouverons le BONHEUR!

(Noé arrive.)

NOÉ : L'heure est arrivée
Voici vos maris qui ont trouvé
Tous les animaux, et les ont emmenés
Installez la passerelle et faites-les monter sans bagarre 
Ouvrez les fenêtres et larguez les amarres!
Ce soir, l'Arche doit être prête
Car avant la nuit se déchaînera la tempête!

(Japheth arrive menant les taureaux, les chevaux et les autres ruminants.)

Japheth : Montez, allez en avant
Les taureaux et les vaches lentement
D'un pas lourd et fort, en meuglant
À vous les boucs, vos cornes décroisez
Et les moutons, cessez de bêler.
À vous les chèvres barbues, avancez
Et sans bousculer, sinon les bœufs vont meugler
À vous les poulains et pouliches fringants
Vous nous serez bien utiles dans quelques ans
À vous étalons et juments piaffant
Et les chevaux de trait au poitrail luisant
Allez, ruez, trépignez, galopez
Car une fois dans l'Arche, il faudra vous calmer
Allez en avant, montez.

(Ham entre en scène, menant les lions, les autres carnivores et de petits animaux.)

HAM : Montez, allez en avant
À vous, roi de la savane, dans l'entrepont
Où vous protégerez les bêtes, mon ami lion
Tigres, jaguars, panthères, lynx
Aux yeux verts et brillants comme des sphinx
Ventre au sol et aux aguets, fauves montez
Ensemble, le roi lion vous servirez
Et n'oublions pas les chats de compagnie
Car il chasseront les rats, les souris
À vous les loups qui à la lune hurlez
Dans l'Arche au sec et au chaud vous resterez
Renards rusés, coyotes et bien sûr, nos fidèles chiens
Sangliers, écureuils, singes, ratons, marmottes et lapins
Allez en avant, montez. 

(Shem entre en scène avec les aigles et les autres oiseaux.)

SHEM : Montez, allez en avant
Aigles, sur l'Arche mettez le cap
Et dites adieu au nid jusqu'à nouvelle date
Faucons altiers, ici prenez perchoir
Et à vous nourrir nous allons voir
Perroquets au beau plumage chamarré
Ne passez pas la nuit à bavarder
Cardinaux, alouettes, mésanges
Dieu écoutera vos chants de louange
Hiboux, coqs, canards et pigeons
Sur vos hou-hou, cocorico et couac nous compterons  
Plumes ébouriffées? Ne dites mot.
Car il y a de la place pour tous en-haut.
Allez, en avant montez.

(Les derniers animaux montent à bord, les épouses suivent. Noé s'apprête à fermer l'Arche.)

NOÉ : Montez, allez en avant
Isolés ou éparpillés, en jappant ou en jasant
Grognez, miaulez, hurlez, roucoulez
Sifflez, soufflez, piaffez sans piétiner
Et la faim et la peur, mettez de côté
Car ici en toute paix vous devez vous côtoyer
En harmonie les bêtes vivront
Jusqu'à ce que le monde et nous des flots ressortiront.
Allez, en avant montez.

(Les dernières paroles de Noé sont suivies d'un roulement de tonnerre. La pluie se met à tomber.)

(La tempête et le déluge peuvent être illustrés par des gestes d'eurythmie, au son de musique. Les 
quatre archanges peuvent agiter des voiles bleus pour symboliser les flots. Les passagers de 
l'Arche dorment tout le long du déluge. 
Les vagues cessent et Noé se réveille. Il sonde l'océan.)

La promesse

NOÉ : (regardant au loin) Rien à voir qu'eau et ciel
Tout devait périr, Dieu était sans appel
Un corbeau en éclaireur envoyé au loin
Est revenu bredouille, rien
Une colombe plus tard j'ai dépêchée
En vain, car la terre elle n'a pas trouvée
Sept jours se sont écoulés, j'enverrai un oiseau
Pour voir si les montagnes au moins sont sorties de l'eau.

(Il envoie la colombe.)
Ma belle colombe, vole au loin
Et de bonnes nouvelles apporte-moi demain.

(La colombe tourne autour de Noé, disparaît et reviens avec une branche d'olivier dans le bec.)

Noé : Un rameau d'olivier! La terre a émergé!
Et les vents dans les arbres pourront de nouveau murmurer.
Ah, belle colombe et rameau d'olivier
Dorénavant le symbole sacré
De la paix et du renouveau, vous serez.
Dans le cœur des humains, porteurs d'espoir
Écoutez le vent qui murmure cette histoire
L'Aube éclaircit la nuit, comme l'homme qui sur la mort a remporté la victoire!

(Noé interpelle les autres passagers dans l'Arche.)

NOÉ : Terre à l'horizon! La voilà, elle se dresse, timide
Réveillée par le Soleil, pour accueillir les intrépides.

(Les autres dans l'Arche se lèvent et se placent derrière Noé.)

NOÉ : Installez la passerelle! Ouvrez les écoutilles!
Et les fenêtres, et retirez les chevilles!
Le soleil pointe derrière les nuages
Ce matin, nous allons quitter l'arche!

(La femme de Noé et ses trois brus quittent en premier)

LA FEMME DE NOÉ : Oh, voyez ce monde nouveau!

LA FEMME DE SHEM : Le ciel est bleu comme un joyau!

LA FEMME DE HAM : L'herbe est d'un vert satiné

LA FEMME DE JAPHETH : Les pierres scintillent de rosée

LA FEMME DE NOÉ : La brise souffle doucement

LA FEMME DE SHEM : Les nuages sont si blancs!

LA FEMME DE HAM : Le parfum des fleurs est doux

LA FEMME DE JAPHETH : La lumière est partout!

En choeur : Monde rempli de merveilles
À adorer et à respecter
Comment avons-nous pu l'oublier?

(Les animaux, menés par les fils de Noé, commencent à sortir de l'arche.  Noé est à bord, et 
s'adresse à eux)

NOÉ : Bons animaux, restez polis!
Rien ne sert de pousser ou de lancer des cris
De presser les autres
De bousculer ou de ruer
Sortez deux par deux, en rangs serrés
Et une fois sur la terre ferme, continuez votre amitié
Vous vous êtes entendus tous ces jours sans air
N'oubliez pas, vous êtes cousins, vous êtes frères!

(Les animaux se rangent derrière la femme de Noé, ses fils et leurs femmes)

NOÉ : À Dieu nous rendons grâce
De nous avoir sauvé du naufrage  

(Pendant que tous se recueillent, deux porteurs d'arc-en-ciel s'approchent, tenant tendus entre 
eux des voiles aux couleurs de l'arc-en-ciel)

LES PORTEURS : Noé, sache que Dieu a tendu
Son arc dans les cieux
Un pont de couleur 
Qui brille dans les hauteurs
Cherche-nous chaque fois que vents et pluie
Ont cessé et que soleil qui luit
Fait lever le rideau d'embruns
Et que lumière et pénombre ne font qu'un!  
 
(Les quatre archanges apparaissent. Michaël se tient près de Shem; Raphaël près de Ham et 
Gabriel près de Japheth)

MICHAËL : Shem, vers le nord et l'ouest tu dois aller
Là, dans la neige et le froid
Toi et ta race auront le savoir.

GABRIEL : Japheth, personne ne travaille plus fort que toi
Vers l'est tu dois aller et à Dieu garde dévotion
Toi et ta race auront l'action

RAPHAËL : Ham, brave comme le lion, doux comme l'agneau
Vers le sud tu dois aller, où le soleil brille toujours
Toi et ta race auront l'amour

URIEL : Aucun frère n'a hérité de tous
Les dons de Dieu en partage
Aucune race seule, non, mais les trois 
Dans le respect fraternel accompliront ensemble cet exploit
D'amour et de liberté par choix!

Tous en choeur :
Cherche-nous chaque fois que vents et pluie
Ont cessé et que soleil qui luit
Fait lever le rideau d'embruns
Et que lumière et pénombre ne font qu'un!  









  

  

Subpages (1): Sout-titres
Comments